Les trains desherbeurs

Les dossiers

Historique et généralités

Les trains désherbeurs à petit rendement

Les trains désherbeurs à grand rendement

La composition des trains

Le matériel en photos

Les réalisations en miniature

Bibliographie

Un dossier photos est également disponible sur le site de Frédéric Parrot

Promouvoir

Le train désherbeur à grand rendement est aussi visible ... en Belgique

La réalisation d'un train complet en HO est présentée sur le site de Frédéric Marie

 

Historique et généralités

Ce n’est pas nouveau, la végétation pousse régulièrement le long des voies ferrées. Les conséquences peuvent en être multiples : pourriture des traverses de bois, problèmes d’écoulement de l’eau pluviale, mauvaise visibilité, détérioration d’ ouvrages d’art ou de lignes téléphoniques aériennes, etc. C’est pourquoi depuis que le chemin de fer existe, il a fallu éliminer cette végétation trop proliférante, et par conséquent trop gênante.

Train désherbeurL’intervention manuelle était autrefois le seul moyen possible. Puis fût essayé le désherbage mécanique avant d’employer à partir de 1925 les produits chimiques plus performants et moins coûteux. Après le chlorate de sodium pur, puis dilué avec des désherbants de synthèse (dont je tairai les noms pour ne pas vous empêcher de trouver le sommeil ce soir !), ces derniers sont utilisés seuls de nos jours.

Le désherbage a tendu peu à peu à se moderniser pour arriver à la création de trains spécifiques. Les convois étaient autrefois composés d’une part de wagons de cantonnement et atelier, et d’autre part de wagons citernes pour les différents produits chimiques et pour la réserve d'eau, sans oublier le wagon désherbeur. Ces wagons étaient principalement d’anciens TP américains modifiés pour cet usage. L’ensemble était tracté par une vapeur qui hébergeait pour l’occasion sur son tablier avant une cabine à partir de laquelle un agent pouvait commander l’opération de désherbage avec un point de vue imprenable (voir Loco revue de décembre 1962).

Aujourd’hui, les techniques ont encore évolué. On peut considérer deux types de trains désherbeurs :
- à petit rendement
- à grand rendement (TDGR)

 

Les trains désherbeurs à petit rendement

Train désherbeurPièce centrale de ce convoi, la désherbeuse de 20 m3. D’abord construite sur un châssis de 9,30 m de long à partir de 1973 (wagon à essieux de type K), elles ont été modernisées (ou construites pour les nouvelles unités) sur des châssis de 12,80 m de longueur utile (wagon de type R à bogies). Elles sont aptes à fonctionner à des vitesses allant de 10 à 35 km/h.

Les principales modifications ont porté sur :
- l’agrandissement de la cabine ;

- la possibilité de commander depuis la cabine de nouvelles buses latérales et orientables destinées à débroussailler les côtés de la voie (talus, pistes cyclables et voies adjacentes) ;

- l’adjonction d’un conteneur de 8 m3 à deux compartiments pour le transport de deux désherbants, directement reliés à la citerne.

 

Les trains désherbeurs à grand rendement

Train désherbeurDecauville a réalisé le wagon de préparation et de répendage (WPR) à partir "d'un squelette de caisse" de wagon G10. Il joue le même rôle que la désherbeuse de 20 m3 (Decauville elle aussi), mais son autonomie est bien supérieure (environ 500 km dans le meilleur des cas) car il est associé à un certain nombre de citernes, tant pour les herbicides que pour l'eau (voir ci-dessous). Il peut fonctionner à des vitesses allant de 0 à 60 km/h, ce qui est supérieur aux capacités de la désherbeuse de 20 m3. Il peut traiter une largeur allant de 7 m (voies normales) à 17 m (voies de triage à 20 km/h).

Comme son nom l'indique, ce wagon est aussi chargé de la préparation du produit, à savoir le mélange des produits désherbants et de l'eau. Une cuve d'une capacité de 2000 litres permet le brassage de ces produits alors qu'une deuxième cuve de même capacité permet de stocker ce mélange avant épandage.

 

La composition des trains

Train désherbeurPour les trains à petit rendement, on peut trouver :

- une draisine ainsi que le wagon désherbeur de 20 m3 pour les petites distances à traiter ;

- un engin de traction (là, ce n’est pas « on peut », « mais on DOIT trouver » !) + une à deux citernes + le wagon désherbeur de 20 m3 + une voiture de cantonnement + un wagon atelier (éventuellement).

Pour les trains à grand rendement (TDGR), on peut trouver :

- un engin de traction (là aussi, c’ est « on DOIT trouver » !) + deux citernes contenant chacune un désherbant de synthèse différent + le WPR + une voiture de cantonnement + un wagon atelier (éventuellement) + deux à six citernes d'eau (à l' origine contre deux à trois aujourd'hui).

 

Le matériel en photos

En plus des quelques photos présentes sur cette page, vous pouvez également trouver de multiples clichés directement dans l’album photos , dans le dossier photos présent sur le site de Frédéric Parrot EspaceTrain, ainsi que sur le site de Stéphane Smets Ferrosteph.

En marge des trains désherbeurs, il existe les débroussailleuses chargées davantage des arbustes et autres broussailles qui poussent sur les bas-côtés des voies, ainsi que du matériel rail-route qui pourrait peut-être un jour remplacer les trains désherbeurs. Vous pouvez les découvrir sur ce site.

Promouvoir

 

Les réalisations en miniature

Frédéric Marie a réalisé un convoi complet en HO avec citerne, wagon atelier, voiture d'hébergement et wagon désherbeur 20 m3 sur châssis de 9,30 m en suivant les articles de Loco Revue. Découvrez-le sur son site.

 

 

Bibliographie :

- Loco revue décembre 1962

- Loco revue n° 498 novembre 1987

- Loco revue n° 554 décembre 1992

- Loco revue n° 610 janvier 1998

- Revue Générale des Chemins de Fer février 1986

Remerciements à Lionel Prud’homme pour ses clichés et à Frédéric Parrot pour ses pages photos sur son site EspaceTrain


[Accueil][Modélisme][Album Photos][FFMF][Liens][Revue de presse][Plan du site][Mise à jour][Qui suis-je ?]